Il est des personnages qui ont eu une relation particulière avec le département de la Drôme. Parmi ceux-ci, Nicolas Chorier, écrivain-historien. Il écrivit une histoire du Dauphiné à la fin du 18e siècle.De cette oeuvre, il est des passages particulièrement intéressants, en particulier ceux qui parlent des vents dans notre cher département. Nous vous présentons ci-dessous un vent qui souffle dans le Nyonsais : le Ponthias.

Des faits …

Le vent Ponthias est particulier au territoire de la ville de Nyons. Il sort dees montagnes qui environnent cette ville des vapeurs continuelles qui, estant répercutées par d’autres qui sont plus septentrionales, forment ce vent, dont les principales qualités sont qu’il est extrêmement froid et violent outre mesure. Il commence un quart de lieue plus haut que Nyons, e t sa course, qui suit celle de la rivière d’Eygues, n’est que d’environ quatre lieues. L’été l’affaiblit, l’hiver le fortifie.

Ses effets font le bonheur de cette ville et de cette belle plaine, qui en fait toutes les richesses. Il y purifie l’air par ce froid qui lui est essentiel, et imprime à la terre une qualité bienfaisante. Toutes ses productions en sont plus parfaites, tous ses fruits en sont meilleurs, et surtout ses oliviers en deviennent plus féconds, & l’huile que l’on exprime de leurs olives en est plus excellente.

ferronnerie

… à la légende

Le silence du Ponthias fait peur! Il reste pour les habitants une menace toujours infaillible ou d’une peste inévitable ou de quelque maladie populaire. De cette vérité est née la fable de son origine. Les anciens donnèrent pour sa cause un miracle de saint Césarée, archevêque d’Arles.

Gervais de Tilisbery raconte que ce grand prélat, étant venu à Nyons, fut touché de douleur après qu’il eût appris que la vallée où est assise cette ville était si stérile qu’elle était presqu’incapable de toute production. C’est pourquoi il descendit jusqu’à la mer et revint après avoir rempli de vent l’un de ses gants. Il le jeta contre le rocher, qui, depuis ce temps là, produit ce vent ; et l’envoie par une ouverture qui s’y fait lorsqu’il conçut ce miracle. Il ajoute que le nom de Ponthias lui est resté parce qu’il est venu de la mer, qui a celui de Pontus parmi les latins.

Voilà ce qu’il en est du Ponthias. Mais d’autres légendes animent encore notre cher département. Nous ne manquerons pas de vous les dévoiler dans les prochaines semaines.

Partager sur

Commentaires

Soyez le premier à poster un commentaire !

Lire plus Lire moins

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *