La Drôme, et en particulier la Drôme provençale sera à l’honneur ce mercredi 31 mars dans l’émission « Faut pas Rêver » sur France 3. C’est l’occasion pour nous de revenir sur ce qu’écrivait M. Lacroix, archiviste de la Drôme à la fin du XIXe siècle. L’auteur s’était attaché à l’arrondissement de Nyons, et plus particulièrement aux rivières qui l’entouraient.

« Si des montagnes le couvrent à peu près en entier, l’olivier croît et prospère sur les flancs abrités de quelques-unes ; sur d’autres, c’est le châtaignier ; quant à la vigne, le phylloxera l’a détruite partout : elle y occupait en 1835 jusqu’à 3820 hectares. Outre l’olivier et le châtaignier, le noyer prospère en quelques endroits, le mûrier et les arbres à fruits aussi.

Et à Nyons, coulent des rivières

Les rivières de cet arrondissement sont, de l’est à l’ouest : l’Ouvèze, le Thoulourenc et l’Eygues, et de l’ouest à l’est : le Jabron et la Meuge.

L’Ouvèze, affluent du Rhône avec la Sorgue, prend sa source à Montauban et reçoit : à droite, le ruisseau des Aspirants, vers Pierrelongue, et Aigues-Marses, vers Mollans ; à gauche, la rivière des Gastauds, venues de Plaisans, le Menon, près du Buis, et la Gresse ou Charasse, à St-Auban.

D’Aulan, le Thoulourenc se dirige sur Montbrun par un val pittoresque, passe à Reilhanette et coule ensuite dans le département de Vaucluse, au pied du Mont Ventoux, pour rejoindre l’Ouvèze, près de Mollans.

Quant à l’Eygues, sorti des bois de Laux-Montaux, entre Villebois et Chauvac, il a pour tributaires principaux : à droite l’Oule, près de Remuzat ; la Thune, près Villeperdrix ; le Bentrix, près Condorcet ; l’Aubres, au pied du village de même nom ; le Corrianson et la Sauve, près de Venterol et Vinsobres ; à gauche, le Rieusset et la Gaude, vers Mirabel ; la Bordette, près des Pilles ; l’Ennuie, près de CUrnier, et le Merderic, vers Sahune.

Le Jabron, affluent de la Durance, n’arrose dans la Drôme que la seule commune de Montfroc, où il forme une cascade de 36 mètres au rocher des Baumes.

Quant à la Meuge ou Méauge, qui prend sa source à Barret-de-Lioure et baigne les murs de Séderon, elle se grossit des eaux du ruisseau de Villefranche, de celui d’Izon, au-dessous d’Eygalayes, et de la Lauzanche, vers Lachau.

De belles vallées pour de belles balades

Les vallées de la Meuge, de l’Ouvèze et de l’Eygues sont les plus belles et les plus fertiles. Des montagnes parallèles, coupées, rondes, coniques, de toutes formes leur servent d’abris contre les vents ou leur en procurent même de topiques, comme le Pontias, à Nyons, et la Vésine, aux Pilles.
En d’autres termes, si vous avez envie de vous balader par un beau jour de printemps ou d’été, partez dans l’une de ces vallées aux superbes paysages.

Partager sur

Commentaires

Soyez le premier à poster un commentaire !

Lire plus Lire moins

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *