La réputation des vins du département de la Drôme n’est plus à faire. Voici d’ailleurs ce qu’il en était dit à la rubrique « vignobles » dans une notice d’un livre intitulé « La France Pittoresque » et publié en 1835.

Des vins rouges très appréciés …

« Le département produit un excédent en vins. Environ 150 000 hectolitres de ceux de la meilleure qualité sont livrés à l’exportation. Les vins rouges les plus estimés sont ceux de l’Ermitage, de Crozes, de Mercurol, de Gervans, etc. Les vins de l’Ermitage vont de pair avec ceux des premiers crus du Bordelais et de la Haute-Bourgogne.

Cette côte, qui s’élève à environ 160m au-dessus du Rhône, est formée de plusieurs coteaux nommés mas dans le pays, et qui sont placés en amphithéâtre. Le terrain de ces différents mas est composé de grès et de cailloux, à l’exception d’un seul (celui de Bessas) qui est granitique. La pente méridionale, sur laquelle les vignes sont plantées, est assez rapide pour que l’on soit obligé de soutenir la terre par de petits murs. Tous les coteaux sont exposés au midi, de telle manière que la vigne qui les couvre est garantie des vents du nord et reçoit le soleil depuis son lever jusqu’à son coucher.

Et des vins blancs également ….

Les différents crus de la côte de l’Ermitage produisent aussi des vins blancs de première qualité, spiritueux, pleins de finesse, de sève et de parfum. Les vins blancs de Mercurol, ceux de Chanos-Curson et la Clairette de Die, sont également fort estimés. Ce dernier vin, doux, spiritueux et d’un goût agréable, mousse comme le Champagne ; mais il ne conserve ces qualités que pendant deux ans.

recolte raisin
E.Permingeat

Quelques grands propriétaires de Tain font, avec des raisins blancs choisis sur la côte de l’Ermitage, du vin de paille, très estimé ; il a la couleur de l’or, un parfum et un goût délicieux.

Les environs de Die produisent des vins muscats rouges, et blancs d’assez bonne qualité. On évalue à 1200 barriques ou 2520 hectolitres la récolte annuelle des vins fins rouges et blancs de la côte de l’Ermitage. Les négociants de Bordeaux en achètent une grande partie pour donner du corps et de la force aux vins qu’ils expédient pour les pays étrangers. Le surplus est envoyé dans le nord de l’Europe et aux Etats-Unis d’Amérique. La France n’en consomme qu’une faible quantité. »

En d’autres termes, choisi par les Romains durant les premiers siècle de notre ère, le terroir de la Drôme n’a pas fini de ravir nos papilles. Belles dégustations, avec modération bien entendu.

 

Partager sur

Commentaires

Soyez le premier à poster un commentaire !

Lire plus Lire moins

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *